L’internationale gabonaise, Blevie Meyia Lucchesi se lance dans l’encadrement des talents en herbe dans le basketball au Gabon. Elle a ainsi créé sa fondation dénommée “Belle Vie”.

«Je veux utiliser mon association pour les éduquer au début parce qu’il leur manque des informations sur le basket-ball international… J’essaie de travailler avec mes anciens entraîneurs aux États-Unis. S’ils peuvent venir ici et leur enseigner», a confié la sportive à nos confrères.

Blevie Meyia Lucchesi est née dans le Sud du Gabon, précisément à Ndendé. Elle s’est ensuite envolée pour la France à six ans et y a joué pour plusieurs clubs locaux avant de rejoindre les États-Unis. 

Elle a par la suite bénéficié d’une bourse complète à l’Université de Bridgeport, dans le Connecticut, où elle a joué pour l’équipe universitaire.

Elle a ensuite obtenu un diplôme en commerce international à Bridgeport en 2017, après avoir rejoint l’équipe d’entraîneurs en tant qu’assistante d’un étudiant. 

Aujourd’hui, elle organise des camps d’entraînement à Libreville,au Gabon, pour enseigner les bases du jeu à ses cadets.

A travers sa fondation “Belle Vie”, la joueuse offre des opportunités aux jeunes gabonais de se construire une belle carrière dans le basket.

La belle passionnée de la balle orange souhaite de tous ses voeux, une bonne collaboration avec le gouvernement, les associations de basket et les ONG, afin d’améliorer l’état du jeu dans le pays.

«J’aimerais travailler avec la Fédération gabonaise de basketball pour aider ces enfants.Parce que quand je vois des équipes comme le Sénégal, le Nigeria et le Cameroun qui réussissent dans leur organisation, je suis un peu jalouse»,confie-t-elle.

Assurément c’est une belle histoire professionnelle qui commence pour ces jeunes et futurs Stéphane Lasme ou Chris Silva.